Comment imprimer responsable et réduire son éco-contribution ?

imprimer responsable réduire éco contribution imprimerie

À l’heure où la communication digitale omniprésente génère déjà plus de 4% des gaz à effet de serre à l’échelle mondiale et menace de doubler dans les 5 ans à venir (source The Shift Project), quel rôle peut tenir la communication print, longtemps controversée car réputée à tort polluante (<2%) et source de déforestation (ce qui est ULTRA faux) ?
Y a-t-il moyen d'être bon élève et de prouver que l'on peut opter pour une impression responsable ?

On ne va pas vous faire languir, la réponse est oui. Encore faut-il connaitre un peu les techniques les moins polluantes et les produits plus faciles à recycler.

Les principaux leviers pour imprimer responsable sont le choix du papier, l’encre, et les finitions, critères qui influenceront sa recyclabilité. Mais il faut aussi tenir compte de l’usage final du document et de sa cible pour s’y adapter, c’est ce qu’on appelle l’analyse du cycle de vie (ACV). Ainsi on optera pour un flyer promotionnel de courte durée avec un papier recyclé de faible grammage et des encres végétales sans finition particulière. Alors que pour un catalogue produit non tarifaire valable 3 ans, on aura raison de privilégier un papier très blanc issu de forêts bien gérées avec des grammages plus épais, et un vernis acrylique de protection. On pourra y ajouter des finitions soignées qui embelliront le document sans altérer sa recyclabilité comme le gaufrage, la dorure, la découpe. La reliure (agrafes, colle ou couture) dépendra surtout de la pagination et des manipulations envisagées.

Quelques conseils pour un print respectueux pour l'environnement

Chez Grafik Plus, notre longue expérience du métier et notre engagement RSE (nous avons obtenu le label Print’Ethic en 2020) nous permettent de vous accompagner dans l’optimisation de vos documents. En fonction de vos impératifs nous proposons ainsi une aide sur-mesure à l’éco-conception. Mais en attendant que l’on parle de vos projets, nous avons décidé de vous donner quelques conseils généraux pour aller dans le bon sens. Et en plus de la fierté de bien faire les choses, vous pourrez réduire votre éco-contribution Citeo si vous êtes concernés (ce qui est le cas si vous distribuez plus de 5 tonnes de documents papier en France par an).

print-responsable-papier-recycle-cup-cycled-10

> Concernant le papier

Choississez un papier recyclé (si leur nombre est réduit, il est suffisant pour couvrir tous les besoins : texturés, feutrés, lisses, glacés…) ou issu de forêts gérées durablement avec label FSC ou PEFC pour le prouver. Pour note, un papier est considéré comme recyclé s’il contient au moins 50% de fibres recyclées, et il vous donne droit à un bonus de 10% pour Citeo.

Il existe aussi de très beaux papiers issus d’autres matériaux que le bois : papiers à base de plantes annuelles (coton, chanvre, lin, canne à sucre), de déchets agro-alimentaires (agrumes, cerises, olives, lavande…), de fibres de cuir…

Par ailleurs, si votre document a besoin de résister à l’eau, aux UV, aux déchirures, un support synthétique recyclé et recyclable sera plus facile à recycler s’il est bien identifié (merci la créa et notre agence Bad Kitty), qu’un papier altéré par une plastification. Pour note, un support sans papier n’entre pas dans le périmètre de Citeo.

papiers-upcyclés-rentree-grafik-plus

> Concernant les encres

Il est très difficile pour un novice de différentier les types d’encres, néanmoins certaines sont totalement sans danger, propice même au contact alimentaire direct quand d’autres incluent dans leur composition des huiles minérales ou des résines plastiques qui importuneront le recyclage du document (on parle de perturbateurs du recyclage). 

Dans une stratégie éco-responsable, nous vous recommandons d’utiliser des encres offset traditionnelles végétales, réputées sans danger. Ce sont d’ailleurs celles que nous utilisons chez Grafik Plus. Les encres et vernis UV / LED-UV / H-UV / sérigraphiques entrent dans les perturbateurs de recyclage (EPR) à cause de certains composants controversés. Pour pallier, la sérigraphie à l’eau commence à apparaître comme alternative. 

En numérique, il y a moins de recul et d’études sur le sujet, mais les encres HP Indigo ne sont à ce jour pas désencrables, donc à éviter, idem pour la technologie jet d’encre dans son ensemble, même si les bases aqueuses ou latex semblent moins polluantes. Seuls les toners secs semblent passer les tests. Et cela tombe bien, ce sont ceux que nous utilisons.

Pour Citeo, chaque EPR est associé à un malus de 5%, néanmoins les malus sont plafonnés à 15% pour un support.

encre rouge
Grafik-Plus-imprimerie-responsable-encres

> Concernant les finitions

papier-kraft-grafik-plus-marquage

Côté reliure, de nombreuses possibilités existent sans incidence pour la fin de vie de votre document. Les traitements mécaniques du papier : découpe, pliage, gaufrage, estampage, marquage ou dorure n’ont pas d’incidence, ce qui n’est pas le cas des vernis UV (voir les encres ci-dessus) et pelliculages / plastification. Des films biodégradables de pelliculage existent depuis peu, mais leur ressemblance avec du plastique standard induit souvent une mauvaise interprétation de la nature du produit et un mauvais recyclage, il faut donc bien communiquer sur le sujet et pouvoir justifier de sa nature auprès de Citeo en cas de contrôle.

> Concernant la créa : l'éco-conception

Petits conseils d’éco-conception pour finir. Evitez les formats trop éloignés des standards, ils génèreront plus de gâche. Mais n’oubliez pas par exemple qu’un format 10,5 x 29,7 cm peu utilisé (par exemple) est en pratique un demi A4, donc facilement imprimable.

Evitez de surcharger en encre votre papier, les aplats de couleurs nécessitent plus d’énergie et d’eau pour le désencrage. N’oubliez pas le picto Triman qui incite l’utilisateur à recycler son document en fin de vie (et confère un bonus de 5% chez Citeo) et de bien communiquer sur votre choix d’imprimeur (notamment quand vous imprimez en France, avec son nom), de papier (s’il est certifié avec un logo ou recyclé, avec une éco-signature qui précise les économies d’eau et de bois réalisées), d’encres… pour le bénéfice d’image. Pour rappel, un document imprimé à l’étranger ne peut pas être considéré comme responsable à cause de son bilan carbone et ne donne pas une bonne image en terme de RSE.

cartes-vœux-papier-ensemence-vt

En suivant ces petits conseils simples, vous avez déjà quelques pistes pour une communication print respectueuse de l’environnement et vous pourrez réduire votre éco-contribution Citeo, en bénéficiant des boni (recyclé, picto Triman) et évitant les mali (perturbateurs). Et pour aller plus loin, appelez-nous.

ÇA VOUS A PLU ? Partagez-LE !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin